Serge Demangeau Cabinet é.c.o.u.t.e. Relation d'aide & Sophrologie
Serge DemangeauCabinet é.c.o.u.t.e.  Relation d'aide & Sophrologie

La Relation d'aide

C’est Carl Rogers, un psychologue américain, qui a développé cette notion. La relation d’aide est une relation thérapeutique au sein de laquelle l’aidant(e) est essentiellement tourné(e) vers l’autre, vers son vécu, vers sa souffrance.

Les septs concepts de la Relation d'aide

La présence

 

La relation est d’abord une présence à l’autre, “être là”, c'est à dire à la fois la capacité physique d’être là et la capacité psychologique d’être avec la personne. c'est la force qui suscite la confiance et qui rassure, et la douceur que suppose une approche humaine et bienveillante.

Sa signification lui vient des richesses intérieures de la/du soignant(e) qui l’assure, sans même parler, celle-ci par sa qualité d’être, laisse émaner calme, espoir et sécurité.

L’écoute

 

L’écoute est souvent synonyme de disponibilité dans le temps, mais aussi de disponibilité intérieure pour être prêt(e) à accueillir ce que dit l’autre. C'est laisser une place à l'autre et lui donner un espace de vie, un pouvoir, et lui permettre de s'exprimer.

L’acceptation

 

C'est la première condition à l’établissement d’une relation d’aide. L’aidant(e) reconnait l’aidé dans toute sa dignité en dépit de son aspect physique, de son caractère, de ses valeurs et de sa conduite, et consent à s’en occuper de manière active et chaleureuse.

Le respect chalereux

 

La relation d’aide repose sur la confiance et le respect. Par le respect, l’aidant(e) reconnait dans l’autre une personne humaine investie d’une dignité et d’une valeur très grande. La respecter, c’est lui manifester de l’estime, la traiter avec déférence et politesse, c’est l’accueillir dans sa différence et lui montrer une considération réelle pour ce qu’elle est.

L'empathie, le socle de la relation d'aide

 

L’empathie est un profond sentiment de compréhension de l’autre, savoir se mettait à sa place pour se rendre compte de ce qu’il vit et de la façon dont il le vit, et qui lui apporte le réconfort dont il a besoin, mais sans s’identifier à son vécu et sans en vivre elle -même les émotions.

Un climat de compréhension empathique est source de confiance, et de connivence thérapeutique. C'est la base du soutien qu’elle apporte à l’aidé.

L’authenticité

 

Il s’agit de la capacité de l’aidant(e) de demeurer strictement elle-même au cours de la relation avec l’aidé.

Cette capacité est essentielle à l’établissement du climat de confiance et de simplicité nécessaire à la création d’une saine alliance thérapeutique entre l’aidant(e) et l’aidé.

La congruence

 

Il s’agit de la manière d’être de l’aidant(e) qui manifeste une certaine adéquation entre ce qu’il ressent, ce qu’il pense, ce qu’il dit et ce qu’il fait, et entre son comportement verbal et son comportement non verbal. 

Source : Communication, entretien, relation d’aide et validation,2002, Margot Phaneuf.

Pour aller plus loin :  LA RELATION D’AIDE : UN ART DE VIVRE ET UNE THÉRAPIE (par Sandra Stettler psychologue - Institut Cassiopée)

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Cabinet é.c.o.u.t.e.

Appel

Email

Plan d'accès